Réussir la transition énergétique : Une question d’accords

La transition énergétique est sans aucun doute l’un des plus grands défis mondiaux. C’est une affaire d’individus, de collectivités, de pouvoirs locaux, de gouvernements, de société : réduire nos émissions de

gaz à effet de serre et aboutir à un système énergétique pauvre en carbone nécessitent une vision claire et à long terme de la politique énergétique. De fait, les mentalités et les volontés doivent s’unir et les cadres légaux doivent évoluer.

L’accord de Paris sur le climat a établi des objectifs européens en matière de climat et d’énergie à l’horizon 2030. Il pousse les gouvernements à définir une politique d’utilisation plus efficace de leur énergie et à développer leur production d’énergie renouvelable. Le challenge étant de continuer à garantir l’approvisionnement en énergie, de maintenir la facture énergétique à un prix abordable pour les ménages et de veiller à ce que la compétitivité des entreprises ne soit pas pour autant compromise.

Les Conférences des Parties (COPs), le plan 3 fois 20, le Clean Energy Package ou encore la Convention des Maires définissent des stratégies en vue de relever les enjeux climatiques. Mais le contexte politique belge ne simplifie pas la donne. Les mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre s’élaborent à différents niveaux de pouvoir, en fonction de la répartition des compétences entre l’Etat fédéral et les Régions. Une chose est sûre : le rôle des collectivités locales dans cette démarche est essentiel. Et la Wallonie l’a bien compris.

Le comité de rédaction de RÉactif